A Hemptinne sur les terres de nos ancêtres les Gaulois

Quelques heures de repos plus tard après une chevauchée nocturne où notre vieux sage vit le sabot de sa monture se déferrer à quelque cent mètres de son gîte, nous nous retrouvons le lendemain à Hemptinne, dans notre contrée hesbignonne.

 

Accueillis comme des rois par un gueuleton comme seul Obélix sait les définir, nous avons la grande joie de retrouver Dame Lulu, les fourmis dans les jambes (et ça, c’est toujours bon signe !). Il faut dire que le contraste avec notre précédente prestation était flagrant. Un équipement sono digne d’un goupe qui va prester sur la plaine de Wechter mais, surtout, une équipe sympa et professionnelle jusqu’au bout du menhir.

Comment ne pas évoquer le décor que l’équipe des organisateurs ont mis des semaines à préparer et à installer ? Tout était pensé de manière précise avec le soucis du détail jusqu’aux costumes.

 

Parlez de la fête à nos amis de Hemptinne, ils savent ce que celà veut dire. Il va sans dire que nous nous sommes amusés sur cette confortable scène où rien ne manquait, pas même la cervoise. Un grand moment pour Yeramad qui a joué les prolongations sous le soleil de Fernelmont.